La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

STRATÉGIE D'INTERVENTION

2016-2018

PLAN D'ACTIONS

ACCORD POUR LA PAIX

MANUELS DE PROCÉDURES

Manuels de Procédures de la CVJRManuels de Procédures de la CVJR

Partager !

La deuxième audience publique de la CVJR s’est tenue le 05 Décembre 2020 au Centre International de Conférence de Bamako.

Posté le 16/12/2020

La deuxième audience publique de la CVJR s’est tenue le samedi 05 décembre 2020 au CICB sous la présidence du Premier ministre, Moctar OUANE en présence de plusieurs ministres dont celui de la Réconciliation Nationale, le colonel-major Ismaël WAGUE. Elle a aussi vu la présence de plusieurs hautes personnalités du Mali et des représentants des chancelleries étrangères.

Il s’agissait pour la CVJR de faire témoigner des victimes sur les violations graves de droit de l’Homme commises au Mali de 1960 à nos jours.

 Il faut noter que les audiences publiques de la CVJR sont une opportunité unique pour les citoyens d’apprendre des expériences des victimes, témoins et survivants de violence de masse, et une occasion pour les victimes d’être reconnues dans leur dignité et soutenue dans leur processus de guérison. Elles contribuent directement à la réconciliation nationale en montrant publiquement la diversité des souffrances et le fait que chacun a été affecté, à diverses périodes, et par-delà les différentes politiques, idéologiques, ethniques, ou religieuses.

L’objectif premier des audiences publiques de la CVJR est la reconnaissance de victimes de violations graves de droits de l’homme. Les audiences fournissent un espace sécurisé et digne pour éduquer les citoyens et reconnaitre le vécu des victimes et de leurs proches. Les audiences publiques sont aussi une occasion pour faire rayonner la CVJR et inciter les victimes qui n’ont pas encore fait leurs dépositions à le faire.

Les audiences publiques de la CVJR sont centrées sur des thématiques. Cette 2e Audience publique portait sur:  "les atteintes au droit à la vie et à l’intégrité physique ". Au total, 12 victimes et 01 témoin clé ont témoigné durant cette deuxième audience. Il faut souligner que parmi les victimes sélectionnées, la diversité ethnique, régionale, de sexe, de période historique et de catégorie d’auteurs, ont été prises en compte.

Ainsi pendant cette journée du 05 décembre 2020, les victimes et témoins suivants ont témoigné sur les violations subies :

 

 

1. Mahammar Almatar TOURE

- Sexe : Masculin

- Age : 50 ans

- Statut matrimonial : Marié et père de

- Profession : éleveur et enseignant

- Lieu de provenance : Bamba

- Nature de la violation subie : assassinat

- Lieu de la violation : Bamba

- Année de violation : 1994

- Conséquences des violations : pertes de vies humaines, handicapés à vie, pillages, effritement de lien social etc.

 Monsieur TOURE est victime et témoin oculaire du massacre de Bamba (région de Gao) perpétré par les éléments du FIAA sur la population de Bamba, le 24 juillet 1994. Ce massacre a coûté la vie à 105 personnes dont plusieurs membres de la famille de M. TOURE.

2. Mariam CISSE

-          Sexe : féminin

-          Age : 46 ans

-          Profession : ménagère

-          Lieu de provenance : Ségou

-          Nature de la violation subie : meurtre et exécution sommaire

-          Lieu de la violation : Léré

-          Année de violation : 1991

-          Auteurs institutionnels : FAMAS

-          Conséquences des violations : pertes de vie humaine, déplacement forcé, abandon d’école, pillage etc.

 

Mariam CISSE est victime du massacre de Léré survenu le 20 mai 1991 au cours duquel elle a perdu son père infirmier touareg. Suite à cette violation, la victime a été obligée d’abandonner les études pour aider sa mère. La famille a quitté Léré pour venir s’installer à Niono. Ce massacre a été perpétré par l’opération KOKADJE de l’armée malienne.

3.  Abdoulaye BARRY

-          Prénom :

-          Sexe : Masculin

-          Age : 50 ans

-          Profession : éleveur

-          Lieu de provenance : Ogossagou 

-          Nature de la violation subie : assassinat et exécution sommaire

-          Lieu de la violation : Ogossagou

-          Année de violation : 2019

-          Auteurs institutionnels : Milice Dogon et les FAMAS

-          Conséquences des violations : pertes de vies humaines, effritement des liens de cohabitations de longues dates, déplacements forcés, destructions de biens etc.

 

La victime était accompagnée par Hamadoun DICKO lui aussi victime du même massacre. Ils ont donc fait un témoignage collectif.

Les deux sont victimes du massacre d’Ogossagou survenu le 23 mars 2019 au cours duquel plus de 130 personnes ont perdu la vie dont plusieurs membres des familles des deux victimes. Ce forfait a été commis par la milice Dogon et les FAMAS. En plus des pertes de vie humaines, plusieurs maisons ont été brûlées et saccagées.

4.  Chekou Kola SANOUSSY

-          Sexe : Masculin 

-          Age : 67 ans

-          Profession : paysan et marabout 

-          Lieu de provenance : ECHELL

-          Nature de la violation subie : assassinat 

-          Lieu de la violation : ECHELL

-          Année de violation : 1991

-          Auteurs institutionnels : Groupes armés Touaregs

-          Conséquences des violations : pertes de vies humaines, déplacements forcés etc.

 

Monsieur SANOUSSY est victime du massacre d’ECHELL en 1991. Au total ce massacre a coûté la vie à plus de 50 personnes dont un enfant de la victime. Cet acte a été commis par les groupes armés touareg. Le massacre a provoqué le déplacement forcé de tous les habitants des 25 villages qui forment ECHELL excepté l’imam et un autre habitant. Beaucoup d’animaux ont été décimés également pendant ce massacre.

5.  Aïcha  WALET ALBESSATY

-          Sexe : féminin

-          Age : 66 ans

-          Profession : ménagère

-          Lieu de provenance : Kidal/ Bamako

-          Nature de la violation subie : exécution sommaire, tortures et traitements cruels, inhumains et ou dégradants 

-          Lieu de la violation : Kidal

-          Année de violation : 1963

-          Auteurs institutionnels : FAMAS/ GOUMIERS

-          Conséquences des violations : perte de vie humaine, destructions de propriété etc.

 

Victime de 1963 à Kidal, période durant laquelle beaucoup de gens de cette localité ont souffert des exactions commises par les Goumiers. Elle dénonce les conditions de détentions de leurs parents détenus à l’époque et les travaux forcés auxquels les femmes étaient soumises. Aïcha nous a raconté aussi comment les jeunes filles étaient obligées d’aller à l’école, au théâtre, chanter dans d’autres langues du Mali que le Tamasheq.

6.  Aboubakar  SADDEK OULD MOHAMED

-          Sexe : Masculin

-          Age : 19 ans

-          Profession : Étudiant

-          Lieu de provenance : Tombouctou

-          Nature de la violation subie : exécution sommaire et pillage 

-          Lieu de la violation : Tombouctou

-          Année de violation : 2013

-          Auteurs institutionnels : FAMAS

-          Conséquences des violations : pertes de vies Humaines, abandon d’école, pillages etc.

 

Le père de la victime a été enlevé les yeux bandés et exécuté sommairement par l'armée malienne alors que ce dernier leur avait offert un bœuf après la reconquête de la ville de Tombouctou en 2013 par les FAMAS. La boutique de ce dernier a été pillée après son exécution. Ce cas est très connu et même documenté par France24 (la vidéo est disponible sur You tube, Tombouctou l'ombre et lumière). Après cette exécution sommaire, la victime a été obligée d'abandonner l'école et est présentement devenu chef de famille à l'âge de 19 ans.

7. Lazaré DARA

-          Sexe : Masculin 

-          Age : 36 ans

-          Profession : cultivateurs

-          Lieu de provenance : Sobane Da

-          Nature de la violation subie : assassinat

-          Lieu de la violation : Sobane Da

-          Année de violation : 2013

-          Auteurs institutionnels : Milice Peulh

-          Conséquences des violations : pertes de vies humaines, destructions de biens, déplacements forcés etc.

 

La victime est accompagnée par Isac DARA, lui aussi victime de la même attaque. Les deux ont fait un témoignage collectif.

 

Le village de Sobane Da a été attaqué le dimanche 09 juin 2019 par les hommes armés Peulhs à moto qui criaient Allah Hou Akbar ! Au cours de cette attaque, 102 personnes ont perdu la vie dont 14 membres de la famille de la 1ère victime (son père, sa maman, sa femme, ses enfants, son grand frère et ses neveux). La seconde victime aussi a perdu 06 membres de sa famille et est le seul survivant de 08 personnes qui s'étaient cachées dans une maison. Elle garde encore les traces de sa brûlure sur son corps. Les assaillants ont aussi incendié tous les greniers du village, détruit le château d'eau, l'église et le Toguna. Ils ont enlevé tous les animaux du village. L’attaque a provoqué le déplacement forcé de tout le village.

 

8. Maïmouna MOHAMED

-          Sexe : féminin 

-          Age : 27 ans

-          Profession : ménagère

-          Lieu de provenance : Tombouctou

-          La victime est accompagnée par sa fille.

-          Nature de la violation subie : exécution sommaire

-          Lieu de la violation : Tombouctou

-          Année de violation : 2013

-          Auteurs institutionnels : FAMAS

-          Conséquences des violations : perte de vie humaine, traumatisme etc.

 

Le mari de la victime a été enlevé avec d’autres personnes dont Aly KOBADY. Les mains ligotées par des hommes masqués en 2013. Après, ils ont été exécutés sommairement et enterrés dans une fosse commune. La victime précise que la ville était contrôlée par les FAMAS.

9.  Ahmed AG ZEINOUDINE

-          Sexe : Masculin

-          Age : 31 ans

-          Profession : étudiant en Arabe 

-          Lieu de provenance : Wadi Charaf (Gao)

-          La victime est accompagnée par son cousin 

-          Nature de la violation subie : exécution sommaire et assassinat.

-          Lieu de la violation : Wadi Charaf (Gao)

-          Année de violation : 1994

-          Auteurs institutionnels : Milice Gandakoye et FAMAS

-          Conséquences des violations : pertes de vies humaines, pillages, déplacement forcé

 

Soupçonnée d’avoir hébergé les rebelles, la communauté des Kel Essouk a été attaquée par la milice Gandakoye et l’armée malienne le 23 octobre 1994. Cette attaque a causé la mort de plus de 80 personnes dont le vieux Anara (grand marabout). Le village a été investi d’abord par les véhicules blindés de l’armée pour empêcher les gens de fuir. Les assaillants voulaient éliminer tous les hommes et laisser les femmes ainsi que leurs enfants souffrir dans l’orphelinat. Beaucoup d’autres personnes sont mortes par soif en tentant de fuir le carnage. Cette attaque a obligé les Kel Essouk de quitter leur site pendant plus d’une décennie avant d’y revenir.

10. Mohamed Yehia ABIDINE

-          Sexe : masculin

-          Age : 73 ans

-          Profession : historien-chercheur 

-          Lieu de provenance : Tombouctou 

-          Nature de la violation subie : tortures, traitements cruels, inhumains et ou dégradants

-          Lieu de la violation : Kidal et Taoudéni 

-          Période de violation : Bagne de Taoudénit (1969-1988) et celui de Kidal (1934-1997)

-          Auteurs institutionnels : État du Mali/ Colons 

-          Conséquences des violations : pertes de vies humaines, méfiances entre les communautés et l’État

-           

Monsieur Mohamed Yehia ABIDINE est un témoin clé sur l’histoire et le contexte de création des bagnes de Kidal et de Taoudéni. Il connaît bien les conséquences des bagnes sur les prisonniers et sur le pays. Il a beaucoup de messages de paix, d'unité, de citoyenneté, de vivre ensemble au Mali que le peuple malien doit écouter si possible.

Tous ces témoignages ont été retransmis en direct sur la chaine nationale ORTM et sur Renouveau TV.